La sécurité dans les pubs de la petite enfance

Aujourd’hui c’est jeudi, et c’est le jour de l’avis du Jury de Déontologie Publicitaire (JDP).

Le jury se prononce le plus souvent sur des plaintes relatives à l’image de la personne humaine. Mais le 17 octobre le jury s’est prononcé via la procédure d’urgence pour interrompre la diffusion d’une publicité en cours.

L’annonceur de la publicité est une société de placement en crèche. La créa est un bébé couché sur le ventre, sur un matelas moelleux et dans sa main un ours en peluche. Une belle image pour représenter la tranquillité, le bonheur d’être parent, … »dormir comme un bébé » et tout ce que ça évoque.

maplaceencreche

Mais pour la représentante de l’association nationale des centres de référence de la mort inattendue du nourrisson (ANCReMIN), et l’association Naître et vivre, cette affiche est dangereuse. Il est extrêmement dangereux de coucher un bébé sur le ventre sur un support mou. En effet en France 500 décès de nourrissons se produisent chaque année, dont 150 sont liés à de mauvaises conditions de couchage. Et depuis 20 ans des conseils de prévention  de la Mort inattendue du Nourrisson sont diffusés. Un sujet suivi de près par l’ARPP. Ce qui est le plus surprenant c’est que l’annonceur est du secteur de la petite enfance.

Ce cas est très intéressant car il nous touche plus particulièrement puisqu’on y parle de décès de nouveau né et que tout parent s’est inquiété de la mort subite. Il est clairement dit que l’information contenue dans les publicités peut influencer les personnes, susceptibles de la reproduire. La publicité doit donner le bon exemple et non transmettre les mauvais gestes.

Voici l’analyse du jury:

Le Jury rappelle que la Recommandation « Sécurité » de l’ARPP, qui reprend, dans son préambule, les dispositions du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale (dit code ICC), dispose que :

« La publicité, sous quelque forme que ce soit, ne doit pas porter atteinte à la sécurité des personnes et des biens et doit donc respecter les règles déontologiques suivantes : / Sauf justification d’ordre éducatif ou social, la publicité ne doit comporter aucune présentation visuelle ni aucune description des pratiques dangereuses ou de situation où la sécurité et la santé ne sont pas respectées ».

En outre, l’article 13 du Code ICC énonce que : « Une prudence particulière s’impose aux publicités utilisant des enfants ou des adolescents ou s’adressant à eux. ».

Ainsi que le Jury l’avait constaté dans son avis n° 286/13 du 28 novembre 2013, les données actuellement disponibles révèlent que le couchage ventral des bébés est une cause importante de « mort inattendue du nourrisson », dénommée aussi « mort subite du nouveau-né ». Ce risque est de surcroît accentué en l’espèce par le caractère manifestement moelleux de la literie sur laquelle repose l’enfant, alors que les recommandations sanitaires pour éviter les risques de décès insistent sur la nécessité de coucher les enfants sur un matelas ferme.

Le Jury considère ainsi que la publicité mise en cause est susceptible d’entraîner, par mimétisme, des risques pour la santé des nourrissons, d’autant qu’elle émane d’une entreprise qui, par nature, est associée par une majorité du public à une idée de préservation de la santé des plus petits.

Lire l’avis complet

Source: jdp-pub.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :